XERFI CANAL
ÉCONOMIE
STRATÉGIE & MANAGEMENT
XERFI BUSINESS

Savoir provoquer la contradiction pour mieux décider

Olivier-Sibony-Olivier-Sibony-Savoir-provoquer-la-contradiction-pour-mieux-decider
3745280Olivier Sibony
05/12/201703:44

Un problème que tous les dirigeants se posent à un moment ou à un autre, c’est comment échapper au piège de l’unanimisme face à la décision. On sait que quand le point de vue du dirigeant est connu, il est très tentant pour ceux qui sont censés le conseiller de s’y rallier : non seulement par calcul -- ils s’évitent un conflit potentiel -- mais aussi parce qu’ils sont souvent un respect sincère pour le jugement du/de la patron(ne). Et on connaît le piège du groupthink, la pensée de groupe : c’est la tendance des gens qui se pensent minoritaires à ne pas exprimer leur point de vue au sein d’un groupe, ce qui peut conduire à des erreurs dramatiques.


On propose souvent pour éviter ce danger d’avoir recours à la technique de l’avocat du diable, c’est-à-dire de demander à une personne désignée à l’avance de jouer le rôle de challenger, de chercher systématiquement les failles dans le raisonnement. C’est une bonne idée en principe, mais c’est très difficile. Dans n’importe quelle organisation, le capital politique de l’avocat du diable est vite épuisé. Une anecdote illustre ce danger : lors de la crise des missiles de Cuba, Kennedy avait demandé à son frère Bobby de jouer ce rôle, mais sachant que ce ne serait pas suffisant, il avait également demandé à un autre membre de l’équipe de le soutenir. Il y avait donc ainsi non pas un, mais deux « chiens de garde intellectuels », comme disait Kennedy, ce qui leur permettait de se soutenir mutuellement.


Pour les décisions importantes, si un dirigeant veut vraiment avoir les cartes en main pour décider, il y a en fait une méthode plus efficace que l’avocat du diable pour rechercher le challenge : c’est l’équipe rouge. Le principe de l’équipe rouge, c’est de missionner une deuxième équipe, non pas pour fournir un avis indépendant ou critique, mais pour fournir un avis négatif. A « l’équipe bleue » qui soumet une proposition, on va opposer « l’équipe rouge », explicitement chargée de « tuer » la proposition, de défendre la thèse contraire. L’équipe rouge est en quelque sorte un avocat du diable qui ne se contenterait pas de ses talents rhétoriques, et se serait adjoint une équipe de détectives.


L’intérêt de l’équipe rouge est que le décideur final pourra se forger sa propre opinion après avoir entendu deux points de vue également documentés, mais divergents. Il est amusant de noter que ce type de débat contradictoire, qui surprend dans le cadre d’une organisation, nous paraît absolument normal, et même indispensable, dans d’autres contextes où nous tenons à ce que la meilleure décision possible soit prise. Dans un prétoire, il nous paraît évident que le juge ne devrait pas rendre son verdict sans avoir entendu les argumentaires des deux parties, et assez naturel que chacune des parties dispose peu ou prou des mêmes moyens pour faire valoir son point de vue.


Bien sûr, l’exercice est délicat si les équipes qui s’opposent sont composées de collègues qui demain travailleront côte à côte. A tout le moins, il faut un peu de pratique et d’habitude pour que le conflit d’idées ne soit pas interprété comme un conflit de personnes – ou n’en crée pas un. Mais tant qu’il s’agit de banques ou de conseillers externes, on ne risque pas de se fâcher : par exemple, Warren Buffett recommande cette méthode pour étudier les projets d’acquisitions. Selon l’oracle d’Omaha, « il  n’y a qu’une seule manière d’avoir une discussion rationnelle et équilibrée : (…) engager une seconde banque et lui demander d’expliquer les raisons pour lesquelles l’acquisition est une mauvaise idée – en ne rémunérant cette seconde banque que si l’opération ne se fait pas » . Buffett résume l’idée avec son franc-parler habituel : « ne demandez pas au coiffeur si vous avez besoin d’une coupe de cheveux ».

 

Lettre aux actionnaires de Berkshire Hathaway, 2010, citée dans « Buffett Casts a Wary Eye on Bankers », The New York Times, 1er mars 2010.

 

Olivier Sibony, Savoir provoquer la contradiction pour mieux décider, une vidéo Stratégie & Management.


Mots clés : Management

Imprimer

Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié

Les dernières émissions d'Olivier Sibony

Les dernières émissions

Toutes les dernières émissions Stratégie & Management
Xerfi Canal autres chaînes

Abonnez-vous à la newsletter

Xerfi Canal

OK

Les nouvelles émissions Xerfi Canal

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal

Les incontournables

Twitter

Mots-clés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte XerfiCanal.
Email :
S'identifier
Merci.
Votre vidéo est transférée dans votre vidéothèque


Retour
Mon Xerfi Canal

LES INTERVENANTS

Ghislain Deslandes Puissance des algorithmes, force de la critique
Olivier Passet Des trésors cachés dans la loi Macron
Stanislas Leridon Télévision connectée : la déferlante qui vient
Patrick Errard La philosophie au secours du management
Jean-Paul Betbèze La France doit se désendetter sans déprimer

LES EMISSIONS

Smartphones : pour qui sonne le glas ? Aurélien Duthoit
Compléments alimentaires : c'est la fin de la jungle Philippe Gattet
Grèce : parias ou damnés de l'euro? Olivier Passet
Dépasser les stéréotypes sur la Génération Z Elodie Gentina
Allemagne et Japon : baisse démographique et comportements économiques Olivier Passet

LIVRES / RAPPORTS / ETUDES

La distribution de livres face aux enjeux du numérique
La Silver économie à l'horizon 2022
Le marché du recrutement
La réconciliation fiscale
Vous êtes déjà en 2025